Poilievre demande à Freeland de réduire la taxe sur l'essence pour donner un peu de répit aux canadiens

Montréal, QC - Aujourd'hui, le candidat au poste de premier ministre Pierre Poilievre a écrit à la vice-première ministre et ministre des Finances Chrystia Freeland pour lui demander d'accorder aux gens un allégement de la taxe sur l'essence cet été.

« Le prix de l'essence au Canada a augmenté de 55 % par rapport à l'année dernière. Il est si élevé que les gens souffrent - et il n'y a aucun signe de soulagement », a déclaré M. Poilievre. "Partout où je vais, j'entends la même chose : les Canadiens font des choix très difficiles simplement pour faire le plein d'essence et se rendre là où ils doivent aller.

M. Poilievre a pointé du doigt une série de choix politiques gouvernementaux qu'il juge responsables du prix élevé de l'essence. Il a imputé ce coût aux déficits inflationnistes de M. Trudeau, aux barrières qui empêchent l'exploitation du pétrole et du gaz, et à la taxe sur le carbone, qui a encore augmenté le 1er avril.

« Le prix de l'essence est passé à 2,09 $/litre dans la région du Grand Toronto, à 2,15 $/litre à Montréal et à 2,34 $/litre à Vancouver. Les parents choisissent de ne pas conduire leurs enfants chez leurs grands-parents pendant la fin de semaine, juste pour pouvoir se permettre de conduire jusqu'au travail le lundi », a déclaré M. Poilievre. « Le gouvernement Trudeau, avec l'appui de Patrick Brown et de Jean Charest, a conçu une taxe sur le carbone pour faire grimper le prix de l'essence. Et bien, c'est hors de contrôle, et les gens souffrent. Je leur demande de donner un répit aux gens et d'éliminer la taxe sur l'essence, la taxe sur le carbone et la TPS sur l'essence cet été. C'est le moins qu'ils puissent faire ».

M. Poilievre a promis de combattre la Justinflation en congédiant le gouverneur de la Banque du Canada qui n'a pas fait son travail et en mettant fin aux déficits liés à l'impression de monnaie. Il annulerait la taxe sur le carbone de Brown/Charest/Trudeau et, au lieu de créer de l'argent liquide, il créerait davantage de ce que l'argent liquide permet d'acheter : il produira plus d'énergie et d'aliments canadiens et construira plus de maisons.

-30-

Lettre de Pierre Poilievre à la ministre Freeland