Poilievre réduira les obstables à Toronto, il autorisera l'entrée et la sortie de jets à l'aéroport de Billy Bishop

Toronto, ON - Aujourd'hui, le candidat au poste de premier ministre et député Pierre Poilievre a annoncé son plan visant à réduire les obstacles et à accroître la concurrence en s'engageant à approuver une proposition future d'agrandissement de la piste de l'aéroport Billy Bishop afin que les avions à réaction puissent entrer et sortir du centre-ville de Toronto.

À l'aéroport international Pearson, c'est le chaos. C'est si grave qu'Air Canada a dû annuler des vols réguliers. Pendant ce temps, l'aéroport du centre-ville de Toronto voulait s'agrandir, mais des bureaucrates s'y opposaient. De plus, les résidents des îles de Toronto et les propriétaires de condominiums au bord de l'eau se sont opposés à l'expansion. Les libéraux de Trudeau se sont rangés de leur côté en se prononçant contre le projet d'allongement de la piste juste après leur élection ce qui entraîne une diminution de la concurrence, du choix, des revenus, des emplois et une augmentation de la circulation et de la pollution.

« Les voyages à l'aéroport Pearson sont un véritable désastre en ce moment », a déclaré M. Poilievre. « Il y aurait pu y avoir beaucoup plus de vols à partir de l'aéroport Billy Bishop au centre-ville de Toronto, ce qui aurait signifié plus de concurrence et plus de choix, mais les bureaucrates de l'aéroport n'ont pas voulu que cela se produise. J'annulerai la décision de Trudeau de se ranger de leur côté et permettrai aux avions à réaction d'entrer et de sortir de l'aéroport Billy Bishop afin de redonner aux gens le contrôle de leur vie ».

En tant que premier ministre, Pierre Poilievre demanderait à son ministre des Transports d'éliminer les obstacles et d’augmenter la concurrence en encourageant Porter Airlines à remettre sur la table sa proposition d'extension de l'aéroport. Son gouvernement ferait savoir à la ville de Toronto et à PortsToronto qu'il approuverait une proposition d'extension de la piste à condition que le projet soit autofinancé afin que les contribuables n'aient pas à en assumer les coûts. Un gouvernement Poilievre s'efforcera également de rouvrir l'accord tripartite avec PortsToronto et la ville de Toronto, dans l'intention de permettre aux avions de décoller de l'aéroport.

« Ce projet augmenterait la concurrence, raccourcirait les temps de trajet, réduirait les embouteillages, créerait 2000 nouveaux emplois et ajouterait 55 millions de dollars de recettes fiscales », a déclaré M. Poilievre. « C'est un projet gagnant, gagnant, gagnant, gagnant, gagnant. Alors, bien sûr, M. Trudeau s'est rangé du côté de ceux qui se sont battus bec et ongles pour l'empêcher. Agrandissons l'Aéroport Billy Bishop et encourageons la concurrence dans un pays où les possibilités sont infinies », a déclaré M. Poilievre.

Présentement, les avions-turbopropulseurs sont autorisés à atterrir à l'aéroport Billy Bishop, de sorte que Porter Airlines planifie des vols plus courts adaptés à ces appareils. En 2019, Billy Bishop était le 9e aéroport le plus fréquenté en termes de trafic passager, desservant 2,8 millions d'invités. Avec des jets, Billy Bishop pourrait passer à plus de 4,8 millions de passagers par an, soit l'équivalent de l'aéroport d'Ottawa. En réduisant les obstacles et en approuvant l’extension, 2000 nouveaux emplois seraient créés et toutes les nouvelles routes réduiraient la pression sur l'aéroport Pearson qui est surchargé.

- 30 -